Bienvenue à Londres



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez|

Löve, diable au visage d'ange

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar


Je suis à Londres depuis le : 14/11/2016 et j'ai déjà envoyé : 17 messages. J'ai également : 65 points. Sur le net je suis : sha J'ai emprunté ma bouille à : Boyd Holbrook et je remercie d'ailleurs pour mon profil : blitz
J'ai vu le jour : en 1455 , j'ai donc actuellement : 562 ans, mais une trentaine pour vous seulement. Dans la vie je suis : guérisseur mais également : sans cœur. D'ailleurs, j'ai une préférence pour : les personnes fascinantes.
MessageSujet: Löve, diable au visage d'ange Lun 14 Nov - 13:07

Löve Mankell



Nom : Mankell, le nom de sa mère, un nom qui a traversé les âges et les époques sans que jamais il ne l’oubli. Prénom(s) : Löve. C'est un équivalent suédois de Louis. En Angleterre, beaucoup trouve cela adorable, et pourtant c'est un prénom guerrier. Gare aux moqueries. Date de naissance : C'était un matin de décembre 1455, sur les bords d'une rive gelée dans un village qui ne portait aucun nom et qui a depuis a disparu. Age : Étonnamment, il a réussi à survivre pendant 562 ans.  Origines : Lapon et démoniaque. Sa mère était la chamane révérée d'une tribu sami. Son père, quant à lui, est un démon supérieur dont Löve n'a jamais révélé le nom même s'il l'a connu bien plus tard dans sa vie. Tout ce qu'il y a à dire, c'est qu'il s'agit d'un ange déchu. Nationalité : Suédoise. Statut matrimoniale : Célibataire endurci. Il a aimé une fois, et cela a été atrocement douloureux. Il ne veut pas se lier à un mortel, et les immortels sont souvent ennuyeux. Situation familiale : Il n'a plus de famille. Orientation sexuelle : Il est attiré par des personnes qu'il trouve particulièrement fascinantes, mais il ne va plus jusqu'au bout de ses flirts depuis près de 200 ans. Il trouve que c'est du gaspillage. Espèce : C'est un sorcier. Particularités physique : Deux grandes ailes noires qui l'ont marqué jusqu'à maintenant. Traits de caractère : Löve a beaucoup hérité de sa mère, ce qui en fait quelqu'un de naturellement curieux, sage et taciturne. Pour autant, il garde un fond démoniaque et il lui arrive encore parfois de faire exploser sa colère d'une telle façon qu'il le regrette bien souvent après. Plus jeune, ses colères noires ont parfois tué des innocents, chose qu'il regrette amèrement et qui l'ont conduit à ne plus faire démonstration de ses pouvoirs que pour le bien. Il lui reste encore quelques relents de cruauté et il n'hésitera pas à vous écraser si vous le mettez dans une situation qui lui déplaît. Ta plus grande peur : Se laisser aller à ce qu'il pourrait être - à savoir un monstre. Crédits : rusty nails Groupe : Créatures Obscures
Pseudo/prénom : Sha/Mélissa. Fréquence de connexion : 6/7. Où as-tu connu le forum : Par Galen <3. Des suggestions? : Aucune. Un dernier mot : Pour ceux qui vont faire des bonds en lisant ma fiche, je me suis renseignée sur le système de compétence et ça me va, même avec un perso bien trop vieux !


BOYD HOLDBROOK

(01) Quand il est né, ses ailes n'avaient pas encore poussé mais deux petites fentes se faisaient sentir dans son dos. Pendant près de vingt ans, sa mère était persuadée qu'il était l'enfant d'un ange car il était né peu de jours avant la fin de l'épidémie de peste qui ravageait leur village. Quelle surprise quand elle a vu poindre une plume noire... (02) Sa mère, en tant que noiade, connaissait beaucoup de chose sur l'art de guérir. Elle a beaucoup enseigné à son fils, et même si le sijdda (le village) avait peur de lui, il s'est montré plus d'une fois utile au village.. (03) De par ses errances, Löve connaît désormais plus d'une quinzaine de langues, mais sa préférée est sa langue natale, à savoir le dialecte sami. (04) Ses ailes sont plus grandes que la moyenne ce qui parfois le dérangent un peu, aussi il a prit l'habitude de les dissimuler pour mieux voyager. Il ne les laisse apparentes que lorsqu'il travaille dans son cabinet. (05) Il a été tout au long du XXème siècle le Grand Sorcier de Stockholm, puis il s'est retiré. Ce n'était pas tant la fonction qui le dérangeait mais d'avoir à rencontrer d'autres personnes. Comme tous les nomades, Löve est relativement solitaire et il lui faut parfois du temps pour se reposer, beaucoup de temps. (06) Pendant près de deux cent ans, la vie de Löve a été particulièrement sanglante. La mort de sa mère, tragique, a été quelque chose qu'il a très mal vécu, car elle était la seule personne qui l'aimait vraiment. Puis il y eut un jour où il se retrouva nez à nez avec une gamine qui avait trait pour trait le visage de sa mère, et là il s'est rendu compte qu'il avait emprunté le mauvais chemin, celui que sa mère redoutait qu'il prenne un jour. Depuis, il s'est repenti et fait du mieux qu'il peut pour contrôler cette chose en lui qui parfois le pousse dans ses extrémités qu'il redoute. (07) Il aime le goût du sang et la morsure est quelque chose qui le fait frissonner, voir qui l'excite. (08) Löve est légèrement bordélique. Son bureau n'est jamais vraiment rangé, mais jamais vraiment trop en bordel. Il cherche le juste milieu des choses, mais parfois c'est difficile. (09) Il a des liens compliqués avec les loups-garous puisqu'ils ont tué, par inadvertance ou non, sa mère quand il était jeune. Il ne les supporte pas, ou alors très difficilement. (10) L'héritage de son éducation fait qu'il considère le mariage comme un lien sacré. C'était sacré chez les samis, c'est sacré aussi dans le christianisme qui avait déjà recouvert la Suède à l'époque où il est né - il n'aime pas qu'on s'amuse avec les sentiments et serait mauvais à se faire duper.

Où étiez-vous pendant les guerres de 2007 ? Y avez vous pris part, et si oui, de quel côté ? Du côté de personne, et sans jamais y prendre part. C'est la sagesse de Löve de croire qu'aucune guerre ne mérite d'exister. Il en a vu tellement que cela l’écœure désormais. Plus encore il aurait peur de retomber dans ses excès en éprouvant de nouveau une satisfaction malsaine à tuer. Et puis entre nous, il y a des choses qui le dépassent. En 2007, Löve était en Italie. Il vagabondait comme il fait par habitude, la tête en l'air, rêveur et sage à la fois.
Votre ressenti pendant que la menace des Morgenstern pesait sur le monde obscur. A l'époque, Löve était dans un petit prieuré en Italie. Il y a fait sa retraite, son repos. Il n'a pas vraiment pris le temps de s'intéresser aux choses. Il est sortit deux ans après la défaite de Morgenstern, et c'est contenté de s'en réjouir simplement comme toutes les créatures obscures de l'époque. Les idées des Morgenstern l'ont cependant beaucoup fait réfléchir. Il ne les juge pas, mais c'est pour lui l'exemple même de la folie humaine, de la bêtise des hommes. En tant que fils de démon, il serait difficile de les défendre malgré tout...
Que pensez vous de la sanction exercée par l'Enclave sur le Petit Peuple ? Sur les chasseurs d'ombres à demi faeries ? C'est quelque chose qui le dépasse pour ainsi dire, mais il compatit. Il a lui-même été l'objet de brimade et de moquerie à une certaine époque, alors il ne peut que compatir aux sorts réservés aux chasseurs d'ombres à demi faeries. Ses relations avec les fey et les chasseurs d'ombres n'ont jamais été très mauvaises, mais jamais très bonnes. Löve se contente de rester absolument neutre quand il s'agit de prendre part à des décisions qui ne sont émises par lui.
Votre objectif personnel sur le long terme ? La rédemption totale de ses fautes ? Il aimerait se pardonner et s'accepter tel qu'il est, mais les choses sont plus délicates et plus compliquées quand on a tué plus d'une centaine de personne et qu'on se voit tous les jours comme si c'était encore la veille, le visage couvert de sang. Tout pendant qu'il sera émoustillé par le sang, il n'aurait pas accompli son objectif personnel. Se guérir d'être un démon, en quelque sorte.

COMPÉTENCES

Quelle est ta plus grande compétence et ta plus grande faiblesse au combat?
Sa plus grande force est sans doute l'étendu de ses capacités magiques. Löve a longtemps étudié - grâce à sa mère qui l'a mis très rapidement à l'étude. Bien qu'il ne maîtrise pas encore tout le panel du parfait sorcier, il ne faut pas se mentir : Löve est un adversaire redoutable.
Ce qui le rend faible alors ? Ses sentiments. Löve n'a plus lancé de sorts pour blesser depuis quelques années et préfère se réserver aux soins. Une chance pour vous, c'est qu'il épargne facilement ses proies.
Mes compétences
LES COMPÉTENCES GLOBALES :
Force ●○○○
Précision ●○○○

LES COMPÉTENCES SPÉCIFIQUES :
Connaissance de sorts ●●○○


Dernière édition par Löve Mankell le Mar 15 Nov - 22:12, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://city-of-mist.forumactif.com/t121-love-diable-au-visage-d-
avatar


Je suis à Londres depuis le : 14/11/2016 et j'ai déjà envoyé : 17 messages. J'ai également : 65 points. Sur le net je suis : sha J'ai emprunté ma bouille à : Boyd Holbrook et je remercie d'ailleurs pour mon profil : blitz
J'ai vu le jour : en 1455 , j'ai donc actuellement : 562 ans, mais une trentaine pour vous seulement. Dans la vie je suis : guérisseur mais également : sans cœur. D'ailleurs, j'ai une préférence pour : les personnes fascinantes.
MessageSujet: Re: Löve, diable au visage d'ange Lun 14 Nov - 13:07

Löve ou l'enfant-diable
La neige tombait à lourd flocons dans la plaine lapone, mais ça ne suffirait pas à endiguer le problème. C'était du moins ce qui se disait Linnea Mankell, la mine pâle et les joues rouges. Emmitouflée dans une cape faite de peau de rennes, elle tenait à la main un petit instrument que les chamans samis pensaient pouvoir rebouter le mal. Le christianisme avait laissé une empreinte forte dans ce coin du pays, si bien que beaucoup cherchaient à communier avec les esprits pour repousser le mal qui rongeait le pays.
La Peste.

Silencieuse, elle observa le soleil qui tombait lentement à l'horizon pour mieux se cacher derrière la haute cime des arbres. N'y avait-il donc aucun moyen ? Ils brûlaient les corps et tenaient les charniers loin des courants d'eau, mais l'eau s'infiltrait partout – elle ne le savait que trop bien. La guérisseuse était désespérée et son œil commençait à ternir. Peut-être même qu'elle finirait elle aussi abattue par la maladie ? Au sidjja, il restait encore une trentaine de survivants, mais tous été affaiblis et sans personne pour abattre les anciens du troupeau de rennes, ils ne survivraient pas à l'hiver.

Finalement la jeune femme tourna les talons et rentra dans la petite hutte qui était protégée et à l’abri du vent. Plusieurs grigris étaient attachés aux branches qui avaient servi à monter l'antre. Des pattes de lapin blanc, des bois de cerf également et d'autres bizarreries qui semblaient à cette époque du monde plus banal que sorcier.

Pourtant, sans être sorcière ni nephilim, sans être quoi que ce soit que ce monde ait pu porté, Linnea restait une singularité. En effet, depuis son enfance, la jeune femme avait toujours « vu » comme seuls les grands chamanes du pays pouvaient voir. Elle observait le monde de l'invisible et cela étonnait et fascinait son peuple. Son sidjja était l'un des plus grands avant que la Peste ne passe, et l'on commençait à douter de ses capacités de guérisseuse car plus de dix ans après, elle ne pouvait toujours pas lutter contre la maladie.

Désespérée, et seule ce soir-là dans sa tente, son mari ayant été emporté deux mois plus tôt par la Peste elle-même, elle ferma avec un cordon fait de nerf séché la tente afin que personne ne puisse la déranger. Elle alluma un petit feu au milieu de la loge et doucement la chaleur se répandit autour d'elle. Elle commença lentement à se dévêtir et s'agenouilla face au feu.
C'est dans le plus simple appareil que la jeune femme dont les cheveux blonds caressaient le bas de ses reins commençait sa litanie dans la langue de son peuple.

« Moi, Linnea Mankell, grande chamane du nord, prêtresse des esprits élémentaires, je t'implore, Toi, Dieu Invisible et Puissant, de sauver mon peuple par un signe... »

Elle parla pendant plusieurs heures, jusqu'à que l'épuisement et le froid ne la prennent. Se couchant sur le flanc, elle crut qu'aucun dieu ne l'avait entendu.
Dans la nuit pourtant, une grande douleur fusilla son corps, traversa ses hanches pour remonter jusqu'à son cœur alors qu'elle sentait l'assaut d'un homme en elle. Elle lutta mais plaquée face au sol elle ne vit jamais le visage de celui qui l'agressa. La tente était toujours fermée, alors Linnea se fit docile en entendant le bruissement d'ailes.
Après sa prière, elle imaginait là un ange capable de la sauver.

Elle ne vit pas l’intrus disparaître, mais elle eut chéri pendant neuf mois le ventre rond qui se dessinait sur sa fine carrure.

Les hommes et les femmes du village étaient beaucoup plus perplexes. Linnea était une grande cheffe, mais depuis quelques temps, elle s'éloignait des traditions samis et parlait d'anges, de sauveteur sacré et divin. Eux ne voyaient que la Peste et la neige, deux fardeaux que la vie seule leur avait envoyé.

Il fallut attendre la naissance de l'enfant pour que les villageois comprennent qu'elle disait peut être vrai. L'enfant avait des fentes dans le dos, à l'emplacement même des ailes qui plus tard leur pousserait sans doute.

Quelques jours plus tard, les derniers malades décédèrent, mais plus aucun villageois ne tomba malade. On remercia Dieu et Linnea fut la Mère de l'Ange que l'on appela fortement Löve, qui signifie « le victorieux », car Löve avait selon la légende vaincu par sa seule naissance la maladie.

*       *
*

La vie ne l'avait pas épargné – et le regard des autres encore moins.
Assis sur un rocher dans la forêt, les ailes entièrement dépliés, le sorcier écoutait la nature. C'était le printemps chez les lapons. La neige avait laissé place à la toundra, à la bruyère fine et odorante. La lavande étalait ses buissons sur le sol, tapissant de même les quelques fourrées disponibles entre les épicéas.
Il attendait quelque chose. Sa mère lui avait dit d'attendre ici, alors docile, l'enfant d'une quinzaine d'années attendait sans se poser de questions, car Linnea était celle dont la parole était d'or, celle qui savait tout des choses invisibles que lui aussi il voyait.

Assis sur ce petit rocher, il observait le ciel et ses myriades d'étoiles qui semblaient couronner la terre. Il trouvait ce ciel magnifique, mais il le savait interdit aux êtres comme lui. Une intuition plus qu'une certitude.
Le temps s'écoulait si vite que la lune avançait dans le ciel et fut bientôt au dessus de sa tête. Il était effrayant alors, cet enfant-diable, plongé dans la clarté faiblarde de la pleine lune. Il attendait toujours, les genoux repliés contre son torse, l'air hagard.

« Que fais-tu ici, petit diable ? » ricana une fey aussi petite qu'un doigt d'enfant.

Le sorcier lui jeta un regard non pas surpris mais désespéré.

« J'attends, ça ne se voit pas ? » maugréa-t-il en guise de réponse.
« Tu attends un autre diable ? »
« Non, celle qui m'a enfantée. »
« Et qui est-elle ? »
« La noiade qui règne derrière la rivière jusqu'au nord de la plaine, jusqu'au pieds de la vallée. L'amie du petit peuple, Linnea Mankell. »

Un silence s'installa. La petite fey se posa sur un brin de lavande et étira ses ailes de papillon d'un air las. Elle planta son menton dans sa main et se mit à regarder l'enfant. Elle pencha la tête et prit un air profondément triste alors que ses longues oreilles vibraient de temps à autre.
Le sorcier plissa légèrement les yeux, d'un air confus et curieux.

« Pourquoi es-tu triste si soudainement ? »
« Car ce qui arrive en ce moment va te rendre triste aussi. »
« Qu'est-ce qui peut me rendre triste ? »
« Quelque chose » répondit la fey sur le ton de la malice, incapable de mentir, mais incapable également de lui dire la chose qui se tramait en ce moment même.

Le sorcier fronça légèrement les sourcils car il connaissait par coeur la sournoiserie de certaines fées. Il se redressa et étendit dans son dos ses ailes noires, plus par réflexe que pour véritablement effrayer la petite fée.

« Dis-moi quelque chose si tu ne veux pas me dire la vérité. »

La fée fixa longuement l'enfant-diable et dans un petit soupir plaintif lui répondit :

« Ce soir la lune est pleine. »

L'enfant aux ailes noires resta quelques secondes muet avant de comprendre ce que la fey voulait entendre par là. Il les avait entendu pourtant toute la soirée – le long hurlement des loups au loin. Il ne s'était pas rendu compte qu'il y avait une pleine lune, et plus encore, il n'imaginait pas une seule seconde qu'on puisse attaquer le petit village.

Alors que son coeur se mit à battre puissamment dans sa poitrine, Löve s'élança. Il manqua de peu de chuter sur le sol, mais se redressa grâce à un battement d'ailes puissants. Derrière lui, la petite fey baissait les yeux et soupirait de nouveau, car elle le savait – tout était déjà joué.

En effet, quand Löve arriva enfin au village, il ne restait plus rien de vivant, seulement des morts et des blessés si graves qu'ils succomberaient à leur blessure dans l'heure. Il se précipita dans la tente de sa mère et la trouva éventrée et égorgée. Un bain de sang avait peint les peaux de rennes en carmin. Löve resta plusieurs longues minutes debout, immobile, hésitant. Il avança d'un pas et sentit sous son pied quelque chose de mou – quand il baissa les yeux, il commença à apercevoir les viscères éparpillés de sa génitrice dont le ventre avait été arraché.
Il se tordit en deux et régurgita son dîner et son petit-déjeuner d'une seule traite. Sa gorge le piqua assez fort pour que des larmes se forment au coin de ses paupières lourdes.

Alors qu'il luttait contre le goût amer de la haine, la petite fey d'avant se posa sur un coin de table qui n'avait pas été fracassé dans la lutte. Elle pencha la tête et soupira de nouveau, d'un soupir profond et bruyant.

« P-Pourquoi ? » pleurnicha le gamin.
« Sans doute car c'est la vie » répondit la fey, sans la moindre compassion mais semblant tout de même embêtée.
« Pourquoi m'as-t-elle dit… je… j'aurais pu… aider... »
« Car tu étais trop jeune pour ça et qu'elle le savait ? » La fey eut un petit sourire triste. « Tout le monde regrettera la noiade, Löve. Elle était amie avec le peuple de la rivière. Personne ne l'oubliera... » souffla la fey, sur le ton du réconfort, mais rien n'y fit, l'écharde de haine était enfoncée profondément dans la poitrine du sorcier.

Quelque chose venait de se passer, et cette chose venait de le changer au plus profond de lui-même. Cette bête à l'intérieur, la fey n'eut aucune difficulté à la voir. De peur peut-être qu'elle ne se réveille elle s'envola en silence et disparut dans les ombres, laissant le Sorcier face au cadavre de sa mère.
Löve approcha doucement, se pencha et ramassa ce qu'il restait de sa mère. Il se pencha en avant et, fermant les yeux délicatement, il renifla l'odeur du sang. Ses doigts se baignèrent dans l'hémoglobine qui badigeonner toute la tente. Il se redressa au bout d'une dizaine de minutes à respirer, à effacer ses larmes dans la colère.
Sous l'effet de la haine, ses yeux alors bleus brillèrent d'un violet menaçant.

Nevermore, crut-il entendre dans le vent sifflant dans la plaine.

*       *
*

Les loups le cherchaient, ils allaient le trouver.

Il avait vieilli depuis l'époque où sa mère était sa seule référente dans ce monde, il avait du se débrouiller seul et s'était forgé au fur et à mesure des rencontres. Les Frères Silencieux avaient été à une époque d'excellents conseillés, et rencontrer d'autres sorciers l'avaient notamment grandi. Il était bien plus puissant maintenant qu'il avait dépassé son premier demi-siècle, et ne comptait pas reculer. Il avait attendu ce moment des années durant.
Il avait écouté, parlé, pour mieux rassembler les preuves, les recouper et savoir, car c'était ce qui l'avait rongé toutes ses années : il n'avait jamais su qui avait osé planter ses crocs dans la gorge de la noiade. Le petit peuple l'avait gentiment aidé. Les feys appréciaient à l'époque la noiade aussi elles avaient fait des efforts pour mieux l'aiguiller sans pour autant lui rendre la tâche facile.

Désormais, il était sûr : sa proie était là, en contrebas. Il y avait deux enfants avec lui – un plus grand que l'autre – deux loups à ne pas en douter.
Il inspirait profondément et s'imaginait déjà croquer à pleine dent cette vengeance dont il avait rêvé des années et des années durant. Il était devenu un monstre, un véritable, celui qui tue et torture pour obtenir ce qu'il veut, mais ça ne le dérangeait pas. Il les haïssait tellement…

Il déplia ses ailes et après avoir fermé les yeux quelques secondes pour remettre ses idées en place et son âme au repos, il se laissa choir du toit de la cathédrale pour finalement s'écraser sans douceur à même le sol. Le loup sursauta et se retourna, attrapant la petite fille qui sautillait alors à ses côtés. C'était à n'en pas douter sa fille car les traits étaient à peu de chose près les mêmes. De même, le garçon avait énormément hérité du père. Les deux étaient donc ses enfants. Lui avait vieilli, mais ce n'était pas grave. Ça suffirait.

Dépliant ses ailes dans un mouvement théâtrale, se redressant afin de déplier ses genoux, Löve darda d'un regard froid le lycanthrope. C'était un jeune spécimen, et si le sorcier l'avait laissé vieillir et fonder une famille, ce n'était que pour déguster avec cruauté le moment venu sa vengeance froidement réfléchie.

« Bonsoir » annonça l'homme-diable avec un sourire méprisant.

Le lycanthrope fronça les sourcils et recula de nouveau, sans répondre.

« Allons, on ne me reconnaît pas ? Pourquoi nous sommes très intimes vous et moi ! »

Un petit rire fou grimpa sur les lèvres du blond qui fit un pas en direction du loup.

« Je n'te connais pas, mais si tu fais encore un pas, je te... »
« Déchiquette ? Mord à la gorge ? Éventre ? Je crois que tu ne me reconnais pas en effet, Sven. »

Le loup frissonna d'horreur. L'homme qu'il ne connaissait ni d'Eve ni d'Adam connaissait son nom, et l'on savait chez les créatures obscures qu'un nom était une arme redoutable. Dans un mouvement calculé et lent, Sven déposa sa fille sur le sol – cette dernière se cacha rapidement derrière le dos de son père, agrippant de ses petites mains au pantalon de cuir du lycan.

« J'ai attendu ce moment depuis quarante-six années. C'est long quarante-six ans, tu peux me croire. C'est long mais ça laisse le temps de réfléchir à comment s'y prendre, à comment faire. C'est avec un soin tout particulier que l'on se met à échafauder le meilleur des plans, et je dois avouer qu'on en tire un plaisir très particulier – tout particulier même. »

Se faisant, Löve avança de quelques pas alors que le Loup reculait. Il faisait nuit, aussi, voulant défendre sans doute sa progéniture, Sven se transforma en un redoutable loup à la fourrure noire comme la nuit. Il grogna, montrant des crocs acérés qui auraient fait peur à n'importe qui, mais pas au sorcier. Löve en effet était particulièrement froid et calme, à un point même où Sven commençait à douter de la santé mentale de l'homme qui osait lui faire face, à lui, nouvel Alpha de la meute du grand nord.
Le sorcier avança et leva sa main en direction du loup qui cherchait à bondir sur Löve afin de l'écraser sous son poids. Pris de cours, il sentit ses jambes s'alourdir, comme s'il était cloué au sol. Il couina et se débattit mais c'était déjà trop tard : le maléfice était jeté.
Le demi-démon eut un petit rire terrible.

« Tu n'as pas l'air de te remémorer, alors je vais te rappeler quelques petits trucs que tu n'aurais jamais dû oublié. »

Dévoilant ses ailes immenses et noires, Löve attrapa par les cheveux le petit garçon qui se tenait alors cramponner aux pattes arrières du loup. Sven claqua sa mâchoire violemment, comme s'il voulait attaquer mais sans la possibilité de mordre. Löve était devenu assez vite un maître dans l'art de contraindre. L'illusion restait encore un domaine assez flou mais l'évocation et les invocations étaient davantage dans son domaine de compétence.
La cruauté était elle aussi devenue un art. Et il allait tout justement en faire une démonstration.

Se plantant alors devant Sven et sa fille, tenant dans l'une de ses mains le garçonnet qui se débattait vivement, il sortit de sa manche un fin couteau que le loup reconnut aussitôt. C'était le même couteau qui l'avait blessé, un siècle plus tôt, lors de sa grande chasse. On lui avait dit de faire disparaître la noiade car elle protégeait trop bien les troupeaux et que de nombreuses fois les villageois avaient abattu des loups-garous pris dans des pièges. Aucun d'entre eux ne s'était douté que son « enfant horrible » n'était autre qu'un sorcier. Le loup pigna.

« Oh. Tu reconnais ce couteau ? » Un nouveau rire sardonique monta sur les lèvres du sorcier. « Tu sais à quoi il sert alors ? » Un malaise s'installa, alors que Löve lui jubilait de la situation. « C'est un couteau utilisé lors des sacrifices samis. Tu veux voir comment on fait, Sven ? »

Le couteau virevolta et se planta, alors que le loup poussait un hurlement à la mort.

(…)

La torture dura des heures où le couteau allait et venait, sans délicatesse. Une rune d'illusion gravée au sol quelques heures plus tôt permettait à Löve de dissimuler le massacre aux yeux des villageois qui, même au vu de l'heure, auraient été dehors à ce moment-là. Ils étaient alors en tête à tête avec le loup.
Deux petits corps vidés de leur sang et tranchés en fins morceaux gisaient sur le sol devant le loup qui était redevenu un homme, un simple homme. Sven était au sol et hurlait sa douleur, des larmes lourdes et chaudes roulaient sur ses joues, sa voix était rocailleuse car il avait supplié pendant des heures qu'il arrête. Maintenant, il n'avait plus la force de rien. Il savait que sa meute viendrait le chercher, mais il savait également que c'était trop tard pour eux, et trop tard pour lui.
Il aurait aimé mourir aussitôt car la douleur qui le traversait était en train de briser son coeur en milles morceaux.

Löve, assis en face, observait chacune de ses mimiques, chacune de ses réactions. Ses yeux brillaient à se délecter de la souffrance du loup alors qu'il tenait encore dans ses mains le coeur de la gamine, désormais bien froid. Il en manquait quelques morceaux qu'il avait dévoré – pour preuve, ses lèvres étaient rouge sang. Le goût âcre de l'hémoglobine coulait dans sa gorge, mais il se sentait extatique. Prêt à recommencer tout de suite.
La bête en lui réclamait plus, tellement plus.

Finalement, il entendit le coq chantait. Les villageois prendraient une petite heure pour sortir de chez eux, ce qui lui laissait assez de temps pour faire ce qu'il voulait faire depuis le début.
Se redressant en silence, Löve jeta un regard dédaigneux à la loque qu'il venait de créer. L'homme pourtant pris tout de même la peine de se transformer pour mieux se défendre, quand bien même il tenait à peine sur ses pattes tremblantes. Son nez coulait lamentablement.

« C'est ce que j'ai éprouvé quand j'ai retrouvé ma mère – la noiade du grand nord – étendue sur le sol, le ventre ouvert et la gorge dévorée. » Il approcha de Sven, le couteau à la lame d'ivoire brillant dans la nuit comme la lame de Damoclès. « Dans ta prochaine vie, je t'encourage vivement à réfléchir à tes actes avant d'agir. »

Il se pencha et égorgea aussi sec le loup avant même qu'il n'ait eu de répondre ou de se débattre. Il sentit le sang chaud glissait sur sa main, le cruor glissait en effet le long de la fourrure. Des coups de couteau hasardeux par la suite, il arracha au loup des franges de peau qu'il confectionnerait plus tard comme le col d'un manteau de cuir bien tristement connu.

*       *
*

C'était une belle journée ensoleillée comme Löve en voyait assez rarement. Son train de vie ne lui avait pas permis de bain de soleil prolongé depuis deux siècles, et c'était quelque part pas plus mal. La brûlure agréable des rayons sur sa peau le fit frémir mais il avança malgré tout au milieu du parc de Stockholm. Il faisait beau et c'était déjà le printemps ici. 1755 était une année étrange, du moins c'était ce qu'il se disait. Beaucoup de changements avait eu lieu, comme le traité des hollandais qui changerait à tout jamais la face du royaume de Mataram, ou encore la réunification de la Birmanie.
Après une offensive terrible contre le Khanat dzoungar en Chine à laquelle il avait participé, il y avait eu un changement dans sa vie, un petit quelque chose qui lui avait rappelé à quel point sa route s'était éloignée de celle que sa mère avait tracé pour lui.

C'était la raison pour laquelle il se retrouvait là, à la terrasse d'un petit café de Stockholm, l'air calme et distingué. Il allait peut-être mourir, mais il s'en fichait. Löve était connu dans le pays, et si sa cruauté faisait toujours sa mauvaise réputation, ses ennemis avaient bien remarqué que le sorcier avait changé. Il ne mettait plus l'horrible manteau couverte de la peau d'un loup comme il le faisait avant, en provocation aux dizaines de centaine de loup qu'il avait massacré en plus de deux siècles.
Il s'était rangé, disait les rumeurs. Le Petit Peuple, qui avait toujours été des amis et ses défenseurs dans le grand nord, disait même qu'il était devenu guérisseur. Vampires et loups n'y croyaient pas. Les loups surtout – les vampires se tenaient assez loin de ce type d'individu.

« Monsieur Mankell ? »

Les yeux clairs de Löve se levèrent naturellement vers l'immense loup qui se présentait devant lui. Il était âgé à en juger par la couleur de ses cheveux et de sa longue barbe drue. Le sorcier se leva afin de lui serrer la main. Cela surpris le loup qui resta longuement perplexe avant de finalement prendre place sous l'invitation du demi-démon.

« Vous avez l'air dubitatif, monsieur Ulfjorson. »
« Ce n'est pas tous les jours que mon ennemi m'invite à dîner » ricana le loup, d'un air mauvais.
« Ce n'est pas tous les jours en effet » répondit simplement Löve.

Un domestique arriva et prit la commande, ce qui laissa le temps à Mark Ulfjorson de jauger son adversaire. Il avait entendu des histoires terribles à son propos. Des viols, des sacrifices, des actes que seuls les loups pouvaient revendiquer comme le cannibalisme. Il était en face d'un sorcier puissant, mais surtout d'un sorcier qui visiblement posséder assez – trop peu – de moralité pour n'être qu'un « simple adversaire ». C'était plus que ça – c'était un rival. Un rival fascinant au demeurant.

« Ne vous demandez plus pourquoi j'ai demandé cet entretien Mark, je compte simplement – comme l'on avançait il y a peu le Petit Peuple – enterrer la hache de guerre entre votre meute et moi. »

Mark Ulfjorson resta silencieux. Il n'était pas surpris car les feys ne mentaient pas, aussi quand il les avait entendu dire de ces sottises, il s'était dit que c'était une déformation naturelle de leur discours. Elles mentaient souvent par omission. Elles mentaient tout le temps selon le loup, surtout quand elles avaient l'air de dire la vérité.
Le lycanthrope fit une petite moue.

« Je ne comprends pas… Pourquoi ? »
« Car je suis las » répondit simplement Löve, d'un air mélancolique. « Je me suis rendu compte d'une chose il y a peu, alors que j'étais en voyage en Chine. »
« Que vous deveniez trop vieux pour ce genre de chose ? Que vous en avez marre de vous terrer ? » se moqua gentiment le loup.
« Que j'étais devenu tout ce que j'avais toujours détesté : un monstre. »

Le serveur arriva et déposa devant chacun d'eux une assiette. Du côté de Löve on ne voyait que de la verdure, aucune trace de viande, aucune trace de sang, là où l'assiette de Mark était un excellent équilibre entre la viande et les légumes.

« Vous n'êtes ni plus ni moins qu'un demi-démon Löve, ce n'est pas étonnant que vous- »
« Je ne suis qu'à demi-démoniaque. Ça n'excusera jamais tout ce que j'ai pu faire. Je me suis laissé aveuglé par la vengeance et par la haine, par la douleur aussi. J'ai commis des crimes plus atroces que vous ne pouvez l'imaginer, ici et là, partout dans le Monde. » Il attrapa d'un air triste son verre et en but une longue gorgée. « Mais désormais, c'est terminé. Je ne veux plus être cet homme. »

Le lycanthrope attrapa un gros morceau de viande et commença à le mâcher en silence, perdu dans ses pensées. Il fallut quelques longues secondes avant que le loup ne se décide à répondre:

« Mais en quoi cela nous regarde-t-il ? Concrètement, Löve, ce n'est pas parce que vous souhaitez enterré la hache de guerre qu'elle le sera. Il y aura toujours des rancoeurs, des rancunes. »
« Je ne vous demande pas de m'aimer. Je vous demande de m'ignorer. »
« Qu'est-ce que j'ai à y gagner ? »

Le sorcier haussa un sourcil et pencha légèrement la tête – pour lui, ça lui semblait évident.

« Des morts en moins chaque année, des massacres en moins sur les mains également. Si vous m'ignorez désormais, je m'en tiendrais strictement à vous ignorer. Nous ne serons jamais amis, vous et moi, mais au moins, nous pourrions cesser ces jeux stupides. Vous n'y gagnerez jamais, et je me suis lassé de vous voir perdre. »

Piqué au vif, le loup releva légèrement le menton pour mieux rétorquer, mais fut coupé par l'air que Löve portait sur le visage. Il semblait sincèrement attristé. Profondément attristé. Mark Ulfjorson soupira bruyamment. Il était un chef de meute calme et sage selon les siens. Le dernier en date était plus vindicatif mais avait fini massacré par le sorcier lui-même en combat singulier.

« Peut-être alors… que si vous vous engagez à ne plus causer de tord aux loups je pourrais leur faire comprendre que nous avons tout à gagner à vous ignorer... »

Löve eut un petit sourire, mais il était bien faible comparé à ce qu'il aurait aimé. Il se sentait anémique. Il ne mangeait plus de viande, et si parfois il avait faim de sang chaud et de chair, il se calait dans un coin de son lit et soupirait bruyamment jusqu'à ce que la fatigue ne lui tombe finalement dessus.

« Mais… Löve... » murmura Mark, voyant que le sorcier était déjà partit loin dans ses pensées, « qu'est-ce qui vous pousse soudainement à nous ignorer alors que depuis la mort – tragique – de la noiade, vous avez toujours cherchés à nous persécuter. Je sais bien que le monde du grand nord est petit et que nous sommes en sous-nombre, alors je- »
« Ce n'est pas votre nombre ou votre force qui importe. » Löve repoussa son verre de vin d'un air triste – ça n'avait en rien le goût du sang, au mieux sa couleur vermeille. « J'étais en train de massacrer une famille il y a peu, quand j'étais sur la route du retour. J'étais partit en Chine pour participer à la guerre, me donnant le meilleur des alibis pour libérer ma fureur. Sur le chemin, j'ai croisé une petite ferme où l'homme battait sa femme comme un homme frappe un tambour. Elle était si bleue qu'à peu de chose près j'aurais cru voir un autre enfant de Lilith. Je me suis interposé alors mais sous la fureur qui n'a aucune limite, je l'ai éparpillé en milles morceaux. La faim se réveillant, j'ai dévoré sa chair devant la femme et ses deux filles. » Un long silence s'installa. Le loup ne suivait toujours pas le raisonnement – c'était une chose qui était arrivée plus d'une fois à ce qu'il avait cru comprendre et entendre. « Mark, vous croyez que la réincarnation existe ? »
« Je ne crois pas en ce genre de chose, hélas... » murmura tout bas le loup.
« Moi non plus. Et pourtant, elle était là. Elle me fixait avec ses grands yeux verts. Je n'en avais jamais vu d'aussi verts depuis la mort de la noiade. J'ai cru une seconde qu'elle me jugeait, qu'elle avait peur, mais en réalité, elle me regardait avec toute la pitié du monde. Elle s'apitoyait sur mon sort comme la noiade le faisait. »
« Tu ne l'as pas massacré elle aussi ? »
« Impossible. J'ai voulu la faire disparaître mais mes bras étaient soudainement plus mous qu'une queue d'impotent. Je suis resté là, et elle est venue se fondre contre moi et me caresser les cheveux en me chantonnant une vieille chanson que je ne connaissais pas… Après ça, je suis partit. Je n'arrive plus à l'oublier. Je crois bien qu'elle m'a jeté un sort. »
« Qui te force à être sympathique ? » ricana Mark d'un rictus narquois.
« Qui me force à me souvenir de tout ce que j'ai fait. »
« Les sentiments, c'est ce qui fait l'homme. »
« Les loups n'en ont pas ? »
« Si, mais on oublie parfois qu'on en a pour notre bien. »

Mark Ulfjorson ricana de nouveau avant de finir d'engloutir son repas. Le molosse de deux mètres de haut ressemblait à une montagne.

« Tu es marié ? »

Le loup releva le nez, d'un air surpris et étonné.

« Pourquoi ? »
« Tu parles de sentiments. Je me demandais. »
« Non. Pas de mariage. »

Löve eut un petit sourire amusé avant de détourner le regard, le coeur en peine. Pouvait-on un jour l'aimer comme il l'était ? Hideux et effrayant à ses heures perdues ? La question ne se posait pas puisque lui même était incapable d'aimer. Il n'avait plus le coeur à ça. Il n'avait plus de coeur du tout.




Dernière édition par Löve Mankell le Mar 15 Nov - 1:44, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://city-of-mist.forumactif.com/t121-love-diable-au-visage-d-
avatar
Je suis à Londres depuis le : 14/11/2016 et j'ai déjà envoyé : 8 messages. J'ai également : 48 J'ai emprunté ma bouille à : Charlie Hunnam
MessageSujet: Re: Löve, diable au visage d'ange Lun 14 Nov - 13:13

Escroc avec tes ailes ! heart T'es bien mignon pour une créature impure Arrow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://city-of-mist.forumactif.com/t120-galen-you-don-t-know-the
avatar


Je suis à Londres depuis le : 06/10/2016 et j'ai déjà envoyé : 335 messages. J'ai également : 670 points. Sur le net je suis : Beecky. J'ai emprunté ma bouille à : Katherine McNamara et je remercie d'ailleurs pour mon profil : Dreamy
J'ai vu le jour : le 13.01.1993 , j'ai donc actuellement : 24 ans. Dans la vie je suis : Nephilim a temps plein mais également : célibataire. D'ailleurs, j'ai une préférence pour : les hommes. Champ libre :






Localisation : Institut de Londres
Emploi/loisirs : Tuer du démon !

MessageSujet: Re: Löve, diable au visage d'ange Lun 14 Nov - 13:16

Bienvenue beau gosse Mignon

Si tu as la moindre question, n'hésite surtout pas, nous sommes la pour toi ♥️ Pompom
J'ai hâte de découvrir ton personnage ! Un vieux crouton qui ne fais qu'une trentaine d'année j'adhère !! ♥️

Bon courage pour la rédaction de ta fichette Gaga

_________________
Wheresoever you go, go with all your heart.
It does not matter how slowly you go as long as you do not stop.©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://city-of-mist.forumactif.com/t98-hope-nemo-me-impune-laces
avatar


Je suis à Londres depuis le : 14/11/2016 et j'ai déjà envoyé : 17 messages. J'ai également : 65 points. Sur le net je suis : sha J'ai emprunté ma bouille à : Boyd Holbrook et je remercie d'ailleurs pour mon profil : blitz
J'ai vu le jour : en 1455 , j'ai donc actuellement : 562 ans, mais une trentaine pour vous seulement. Dans la vie je suis : guérisseur mais également : sans cœur. D'ailleurs, j'ai une préférence pour : les personnes fascinantes.
MessageSujet: Re: Löve, diable au visage d'ange Lun 14 Nov - 13:18

@Galen
Et encore ! Tu m'as pas vu à walpé ! :diable:  euh... non, c'est pas ce que je voulais dire Angel Angel

@Hope
:ange: merci mademoiselle ! ♥️ ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://city-of-mist.forumactif.com/t121-love-diable-au-visage-d-
avatar


Je suis à Londres depuis le : 03/10/2016 et j'ai déjà envoyé : 189 messages. J'ai également : 349 points. Sur le net je suis : Dreamy, mais tu peux m'appeler Mélanie! J'ai emprunté ma bouille à : Willa Holland et je remercie d'ailleurs pour mon profil : Thanatos.
J'ai vu le jour : un certain 7 septembre 1992 , j'ai donc actuellement : 24 ans. Dans la vie je suis : Chasseuse d'ombres de naissance, le poids du nom Carstairs sur les épaules, la fierté allant avec, mais également : célibataire, je me tiens à distance de l'amour, à défaut d'assumer les sentiments que j'éprouve réellement pour ce qui semble être la mauvaise personne. D'ailleurs, j'ai une préférence pour : les hommes. Champ libre :

“Steady flame, unwavering and honest.

24 ans + Descendante d'Elias Carstairs, et donc arrière petite cousine de Jem Carstairs + Elle possède une cousine à Los Angeles, Emma, orpheline, qui a décidé de vivre avec son parabatai + Elle est celle de la famille qui ressemble le plus à Jem au niveau caractériel: Très calme et honnête, elle étonne par sa maturité malgré son jeune âge + Elle est de ce fait très proche de son "cousin" + C'est une excellente violoniste depuis l'enfance + Son défaut est également sa qualité : Elle aime démesurément. Pour ses proches, elle est prête à tout. + Elle est née à Idris mais a grandi à l'institut de Londres dès l'âge de 6 ans + Elle était à Idris pendant la guerre obscure menée par Jonathan Morgenstern en 2007, et y a frôlé la mort, alors qu'elle n'avait que 14 ans + Un obscur l'a blessée au niveau de l'abdomen, mais les frères silencieux l'ont soignée à temps, secourue de justesse par la chef du clan vampire de Londres + Elle est terrifiée à l'idée qu'un jour une nouvelle coupe infernale voie le jour +



“Same blood, different paths.
Après la guerre elle a appris que son ami Gabriel était son demi-frère, ce qui a compliqué leur relation + Aujourd'hui, ils sont clairement plus proches que des frères et sœurs, mais Mayline tâche de se tenir + Elle ignore que Gab n'est pas réellement son frère, et que son père l'a "reconnu" comme son fils car il est à moitié faerie, pour le protéger de l'exil. Un mensonge à double tranchant. + Elle a un autre - vrai - frère, Kylian, extrêmement - voir parfois trop - protecteur avec elle. Il est son héros, elle est la prunelle de ses yeux.



“Nothing compares to you.
LUCAS + Son meilleur ami, sa moitié, le terrestre qui côtoyé sa vie depuis l'enfance. Tanner et Carstairs ont toujours été liés depuis plus de 150 ans, et si May n'a pas choisi de Parabatai, c'est parce qu'elle est convaincue que Lucas aurait été le sien s'il avait eu du sang de néphilim.




MessageSujet: Re: Löve, diable au visage d'ange Lun 14 Nov - 13:44

Un sorcier avec Boyd, j'adore! :yeah: Hâte d'en découvrir plus sur ton personnage :tombe:
Bienvenuuuue parmi nous :tcheck: Et n'hésite pas si tu as la moindre question :coeur:

_________________
Oh, what a day, what a lovely day
As the world fell, each of us in our own way was broken. It was hard to know who was more crazy...©️alas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://city-of-mist.forumactif.com/t96-mayline-arda-para-subire#
avatar


Je suis à Londres depuis le : 14/11/2016 et j'ai déjà envoyé : 17 messages. J'ai également : 65 points. Sur le net je suis : sha J'ai emprunté ma bouille à : Boyd Holbrook et je remercie d'ailleurs pour mon profil : blitz
J'ai vu le jour : en 1455 , j'ai donc actuellement : 562 ans, mais une trentaine pour vous seulement. Dans la vie je suis : guérisseur mais également : sans cœur. D'ailleurs, j'ai une préférence pour : les personnes fascinantes.
MessageSujet: Re: Löve, diable au visage d'ange Lun 14 Nov - 14:03

heart Merciii Mayline !

Bon bah on peut dire que j'ai fini cette fiche :yeah:
Si jamais ça vous convient pas au niveau de l'histoire car je relate que l'épisode de sa naissance, n'hésitez pas, je peux faire plus dans le présent ! J'aimais bien juste ce passage là en particulier ♥️ ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://city-of-mist.forumactif.com/t121-love-diable-au-visage-d-
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Löve, diable au visage d'ange Lun 14 Nov - 19:58

eeh mais il est sexy le vilain garçon pour uen fois que j'suis du même avis que Galen ça se fete XD! Bienvenue à toi et courage pour ta fiche
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Je suis à Londres depuis le : 03/10/2016 et j'ai déjà envoyé : 123 messages. J'ai également : 144 points. Sur le net je suis : un étranger. J'ai emprunté ma bouille à : la pochette d'un livre et je remercie d'ailleurs pour mon profil : dreamy, ma nièce Mayline, wiwi.
J'ai vu le jour : 18 mars 1861 à Shanghai en Chine , j'ai donc actuellement : 155 ans, mais 26 en apparence. Dans la vie je suis : chasseur d'ombres, ancien frère silencieux, dirigeant de l'Institut de Londres mais également : marié à la douce Theresa Gray. D'ailleurs, j'ai une préférence pour : les femmes.
MessageSujet: Re: Löve, diable au visage d'ange Mar 15 Nov - 22:51

Congratulation, t'es un vrai de vrai fraté maintenant ⊰
Youhouuuu premier membre validé ! Gaga Nous avons réellement pris plaisir à lire ta fichette Mignon En espérant que l'ange noir ne va pas détruire tout Londres, je te souhaite la bienvenue parmi nous ♥️

Les liens importants:
Le staff s'occupe d'ajouter ton avatar au bottin après validation. Néanmoins, je te conseille d'aller jeter un oeil au bottin pour t'assurer qu'aucune boulette n'a été faite  :ange: T'es tout nouveau tout beau, alors fais un détour par les fiches de liens pour créer ta propre fiche, et aller chercher de l'amour chez les autres, c'est par ici pour les ladies et juste là les gentlemen. Pour savoir comment gagner des points pour améliorer tes compétences, tu trouveras un résumé pour le système et les demandes, par là.
Enfin, tu es libre de créer un registre de rps si tu as peur de te perdre dans tes rps libres, en cours, ou terminés. Sache que de manière optionnelle, nous avons mis en place une chronologie des rps pour situer votre rp tout au long de l'année!

Maintenant, on te lâche dans la nature, en te souhaitant bon jeu, et plein de plaisir sur COM !  :yeah:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://city-of-mist.forumactif.com
avatar


Je suis à Londres depuis le : 14/11/2016 et j'ai déjà envoyé : 17 messages. J'ai également : 65 points. Sur le net je suis : sha J'ai emprunté ma bouille à : Boyd Holbrook et je remercie d'ailleurs pour mon profil : blitz
J'ai vu le jour : en 1455 , j'ai donc actuellement : 562 ans, mais une trentaine pour vous seulement. Dans la vie je suis : guérisseur mais également : sans cœur. D'ailleurs, j'ai une préférence pour : les personnes fascinantes.
MessageSujet: Re: Löve, diable au visage d'ange Mar 15 Nov - 22:52

:coeur: :coeur: :coeur: Merci m'sieur !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://city-of-mist.forumactif.com/t121-love-diable-au-visage-d-
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Löve, diable au visage d'ange

Revenir en haut Aller en bas

Löve, diable au visage d'ange

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Méfie-toi du diable au visage d'ange .
» BIRDY-LOU ♣ le diable a un visage d'ange
» Mavis, visage d'ange
» Sheitan - "Diable" au visage d'ange.
» Yuliya Evangeline Ivanov - une taupe au visage d'ange
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SHADOWHUNTERS - City of Mist (The Mortal Instruments RPG) ::  :: → Birth certificate. :: Bienvenue à Londres.-